rené


04/11/2016

Du théâtre avec Arc en Ciel (A.V.E.C) '' le chant du bouc''

Du Cabardès au Canal du Midi.

Après l’ouverture de saison d’Arc en Ciel de l’association A.V.E.C (Agir et Vivre entre Ecluses et Capitelles) à Montolieu avec  ‘’ Et je suis resté debout ‘’, la programmation culturelle se poursuit  vendredi 18 novembre à 20h45 dans le foyer de Caux et Sauzens avec Le chant du Bouc par la compagnie du A. Un théâtre d’objet pour ado-adultes, dés 12 ans, d’une durée de 50 minutes. La direction artistique, l’écriture, la mise en scène sont de  Nicolas Alline,Dorothée Saysombat (avec l’aide précieuse de Nicolas Quilliard)

le-chant-du-bouc-ciea-148931-c-jeff-rabillon.jpg

Les trois comédiens en scène.

Le chant du bouc.

C’était presque le début d’une grande aventure entre Tobby et Daisy. Nouveaux voisins, ils n’étaient pas loin de fonder une famille canine. Leurs maîtres respectifs, chacun dans sa petite maison proprette, en sautillaient de joie, tant la vie est douce en ce monde si joli. Mais quand arrive un voisin de plus, hirsute, sombre, aux origines mal définies, différent quoi, c’est le début du commencement de la fin. Surtout que cette folle de Daisy s’est donnée à la bête qui accompagne le nouveau venu, un bouc. Cet animal puant, caricature de la luxure, dont rarement on offre une peluche aux petits enfants. D’ailleurs, bien que programmée aux aurores (ou presque), cette fable aux couleurs de film noir s’adresse aux adultes. Nicolas Alline, Dorothée Saysombat, Jean-Pierre Hollebecq et Nicolas Gallard, aux percussions, mènent la danse. Pas question de révéler ici le nom du criminel. D’ailleurs, ce n’est pas aussi simple .La vie s’écoule paisiblement dans ce magnifique quartier résidentiel. Pelouses impeccables, voisins souriants, chiens gentils, belles voitures. Mais voilà que vient s’installer un drôle d’olibrius avec sa caravane défraîchie et un étrange animal...
Le Chant du bouc est une fable tragi-comique sur la lâcheté et le racisme, une peinture sans complaisance.

‘’ Tragédies minuscules, ridicules, mais néanmoins universelles.’’

Un rideau rouge en fond de scène, trois tables à roulettes, des objets miniatures et des figurines, trois comédiens et un musicien-bruitiste : il n’en faut pas plus aux angevins de la « Compagnie A » pour donner naissance à une tragi-comédie de proximité avec le Chant du bouc qui se déroule dans un décortranquille de banlieue pavillonnaire avec gazon, chiens et voisins. Traité en théâtre d’objet, « le rapport d’échelle crée une distance burlesque et poétique qui parle de l’humanité ,»  nous voilà embarqués dans un monde de maisons en carton et de personnages en plastique, à nous demander si la vie vaut bien d’être vécue.

Avec le concours de la mairie de Caux et Sauzens

Tarifs : tarif plein 10 € / adhérents 6 € / 12-25 ans 5 €/ -12 ans gratuit

A.V.E.C -57, grand-rue 11170 Alzonne

Réservation conseillée au : 04 68 78 49 69 ou sur lassociation.avec@gmail.com

L’amour existe, si la vengeance se déguste chaude ou froide…

30/10/2016

''Et je suis resté debout''.

Du Cabardès au Canal du Midi.

Ouverture de la saison culturelle.

La saison culturelle du réseau Arc en Ciel de l’association AVEC (Agir et Vivre entre Écluses et Capitelles) s’est ouverte vendredi 14 octobre dans le foyer Jean Guehenno à Montolieu. Un démarrage de saison poétique et littéraire autour de la vie et l’œuvre de Joe Bousquet, jeune lieutenant courageux qui,  blessé le 27 mai 1918 pendant la 1ere guerre mondiale,  restera paralysé et  alité toute sa vie à Carcassonne. De cette immobilité douloureuse naitra la résilience et l’écriture pendant 32 ans.

IMG_6774.JPG

Michèle Gary et Laurent Soffiati.

  « Et je suis resté debout » un spectacle dont la conception, la scénographie et la mise en scène sont de Laurent Soffiati, plonge le public dans l’intimité de la chambre du soldat/poète. Dans un dispositif scénique fermé de toutes parts, le public était convoqué dans cette chambre aux volets clos, autour du lit et des livres, au plus près de la voix et du corps du poète interprété avec force et sensibilité  par Laurent Soffiati. A ses côtés, Michèle Gary tenait le rôle des figures féminines et de la voix de la poésie.  L'intensité de l’interprétation des comédiens dans une telle proximité, déstabilisante au départ pour le public,  se révélait être un moment suspendu où l’émotion se ressentait dans un silence impressionnant.

Pendant  plus d’une heure, entre espace concret et espace mental, assiettes de vermicelles, bouquets d’œillets et rêveries érotiques, scènes de la vie quotidienne et  récit de guerre,  la poésie se mêlait à la vie difficilement imaginable de Joë Bousquet.

 A la fin des deux représentations, un débat s’instaurait entre les deux comédiens et le public. René Piniès, directeur du centre Joe Bousquet et son temps à Carcassonne,  intervenait également et faisait partager sa passion et ses connaissances sur le poète pour éclairer son œuvre. Un échange très apprécié par le public très nombreux et qui se poursuivait autour d’un verre offert par l’association AVEC.

Un grand bravo aux artistes, Michèle Gary et Laurent Soffiati et Aymeric Lautré à la technique ; L’association  AVEC et le réseau  Arc en Ciel remerciaient Claire Taoussi, directrice de Montolieu village du livre et des Arts graphiques, ainsi que la municipalité de Montolieu.

IMG_6624.JPG

23/10/2015

Les extravagances de Mademoiselle Werner !

 

P1120757.JPG

"Mademoiselle Werner."

La saison culturelle Arc en Ciel a débutée vendredi 16 octobre dans le foyer municipal par un spectacle haut en couleurs « Mademoiselle Werner ».Sur un texte de Claude Bourgeix, Michèle Gary , s'est métamorphosée en  une demoiselle à l’imagination bouillonnante  et à la solitude inspirée. Avec son chariot de supermarché,affublée d'un couvre chef et d'une tenue vestimentaire  à dominante rouge sans oublier les escarpins vernis idoine ! Une vie bien banale pour cette célibataire endurcie où la proximité de Monsieur Roger lui joue bien des tours ! Cette dernière ne manque pas d'évoquer  ses amours cachés, ses manies ridicules,ses gloires toutes  aussi minables,avec un aplomb qui dissimule bien des extravagances. Tour à tour sont évoquées de truculentes aventures de supermarché et de laverie automatique. Un texte de Claude Bourgeix qui fleure bon une vie de Mademoiselle Werner remarquablement interprétée par la talentueuse Michèle Gary , passeuse de bons mots! Le public présent ne s’est pas trompé. A noter toutefois le manque d'engouement pour les habitants de la commune par leur absence. Dommage !

P1120773.JPG

Le chariot du supermarché.

P1120774.JPG

Mlle Werner fait la lessive.

P1120790.JPG

Michèle Gary,alias Mademoiselle Werner.

P1120789.JPG

Un public attentif et ravi !

IMG_0489.JPG

Présentation de la saison culturelle Arc en Ciel.

01/10/2015

Ouverture de la saison culturelle d'Arc en Ciel.

 

02.jpg

Mademoiselle Werner.

C’est le vendredi 16 octobre  à 20h 45 que débutera la saison culturelle Arc en Ciel de l’association AVEC dans le foyer municipal avec le concours de Culture et Loisirs et de la Mairie, dans une pièce de Claude Bourgeix : » Mademoiselle Werner » interprétée par Michèle Gary de la Cie Entresort Théâtre. (Ados-adultes)
«A ma naissance on m'affubla d'un prénom ridicule. Permettez qu'il soit mon secret. Mon père volatilisé depuis longtemps, ma mère me reconnut sous son nom. Je suis donc Mademoiselle Werner ! »
Mademoiselle Werner a la solitude inspirée et l'imagination bouillonnante. Derrière sa petite vie banale, ses envies perverses, ses manies ridicules, ses mesquineries, ses amours cachés et ses gloires minables se dissimulent bien des extravagances. Avec une belle énergie, elle nous entraîne dans de truculentes aventures entre laverie automatique et hypermarché.
Cette saison, théâtre, arts de la rue sont au rendez-vous  dans le giron culturel cantonal ,mais aussi de la danse à trois occasions : dans le cadre des Rési-Danses avec Arts Vivants 11, une autre, en rue avec le soutien d’Eurek’Art et la Diagonale, sans oublier le co-accueil à trois réseaux, Arc en Ciel, L’Eau Vive et L’Oreille du hibou.
Au-delà des désormais attendus, Scènes d’Enfance Temps de Cirque dans l’Aude, au rayon nouveautés, soulignons la venue du théâtre de Conques, avec le concours de Festiv’Conques et de la mairie. À noter également que dès cette année, la  carte d’abonnement à la saison permettra de bénéficier du tarif préférentiel au Chai de Capendu et sur le réseau Cric et crac.
Association AVEC : 57, grand rue Alzonne tph : 0468784969
E Mail : lassociation.avec@gmail.com  Tarif10€, réduit  6€ ,12/25 ans : 5€  durée 1h 20

 Un spectacle a ne pas manquer ! 

L’auteur Claude Bourgeyx a écrit sur le spectacle.(juin 2015)

Maury Deschamp, Anémone, Micheline Cornil et bien d’autres -autant de personnalités et caractères différents- ont joué au théâtre Mademoiselle Werner. Bientôt, en Suisse, ce sera le tour de Sylviane Röösli et Yann  Mercanton. Oui, ce dernier est bien un homme ! C’est dire que le rôle est ouvert à un large éventail d’interprètes ! 

Aujourd’hui, c’est au tour de Michèle Gary.

Je l’ai vue, il n’y a guère, défendre mon texte à la Cave Poésie, à Toulouse, et quelle ne fut pas ma surprise, heureuse surprise, de découvrir une Mademoiselle Werner certes constante dans ses égarements, mais enrichie de nuances pour moi inattendues, néanmoins fort justes, dévoilant ainsi de nouvelles facettes du personnage. Avec un jeu qui ne tire pas de façon systématique du côté (très tentant) de la truculence excessive, Michèle Gary assume en finesse, sans avoir l’air d’y toucher, pétrie d’une fausse naïveté réjouissante, la figure drolatique du personnage  - les rires des spectateurs en témoignent - mais aussi, là encore sans avoir l’air d’y toucher, l’aspect fragile, banalement humain de cette étrange Mademoiselle Werner.

Bref, je le dis tout net, l’interprétation de Michèle Gary m’a beaucoup amusé et beaucoup touché. Surtout, qu’elle ne change rien !

 

 

03.jpg